Aurillac > square Vermenouze

Aurillac > square Vermenouze

Au XIXe siècle, la création du palais de justice et du square central avait figé définitivement la morphologie de la place Arsène-Vermenouze qui, désormais basée sur une logique circulatoire, s’était transformée en voie de circulation et zones de stationnement. Ce lieu déstructuré avait perdu sa cohérence. Pourtant, cette place possédait un fort potentiel en tant que lieu symbolique et sentimental au centre de la ville d’Aurillac. Le patrimoine végétal bien évidemment, mais aussi les monuments, les statues et les édifices patrimoniaux étaient autant d’éléments sur lesquels le nouvel aménagement devait s’appuyer afin de révéler la qualité des lieux et d’assurer une continuité historique. La volonté de restituer cet espace aux usages piétons, d’améliorer les déplacements et de retrouver une unité nécessitait une recomposition globale et cohérente de l’espace. Une place est aussi un lieu d’usage qui doit intégrer et permettre un ensemble d’activités diverses et parfois contradictoires. La prise en compte de toutes les échelles d’usage devenait un élément fondamental de la réussite du projet au regard de l’appropriation qu’en feraient les usagers. Les spectacles, les marchés, les expositions mais aussi l’accueil des touristes, les rencontres entre les habitants ou la simple flânerie devaient cohabiter. Au nord, grâce à la suppression du stationnement et de la 2e ligne d’arbres, un parvis était dégagé devant le palais de justice et le monument aux morts afin de leur donner le recul qu’ils méritent. À l’ouest, la zone devant les hôtels jusqu’au chevet de l’église devenait entièrement piétonne et se voyait débarrassée de tous les obstacles visuels. À l’est, dans la zone à dominante piétonne, la perspective profonde mettait en valeur la statue des Droits de l’Homme au premier plan, puis l’avenue Gambetta, traitée en continuité. L’affirmation de cette percée permettait d’étirer l’espace vers le sud, créant ainsi une relation visuelle, physique et symbolique plus forte entre la place Vermenouze, le Conseil général et la Jordanne. Le mobilier urbain participait fortement à la mise en valeur des espaces publics et à leur nouvelle identité.
programme
aménagement de la place du square Vermenouze et parking souterrain
maîtrise d'oeuvre
atelier d’architecture King Kong, OTH, Yon Anton-Olano, Anouk Debarre, Gertrude
maîtrise d'ouvrage : Ville d’Aurillac
situation : Aurillac (15)
surface : 24 000 m²
coût ttc : 9 000 000 €
calendrier : concours 2004
images/photos : Jean-Louis Courtois
inscrivez-vous à notre newsletter