Le Kremlin-Bicêtre > lycée Darius Milhaud

Le Kremlin-Bicêtre > lycée Darius Milhaud

Construit en 1976, l’établissement souffrait de divers problèmes de vétusté, d’accessibilité et de visibilité, ainsi que d’un fonctionnement interne déficient sur certains points. Le lycée n’était par ailleurs pas aux normes en termes de sécurité. Marqué par une légère déclivité du nord-est au sud-ouest, le site très arboré possédait une dimension de campus intéressante. Les éléments bâtis qui y étaient égrenés demandaient cependant à être mieux « tenus », organisés, et hiérarchisés. Une lisibilité accrue des fonctions permettrait par ailleurs d’instaurer un bon métissage entre l’enseignement général et l’enseignement professionnel. Le projet que nous avions conçu déclinait une série de propositions visant à recomposer d’une manière douce et ferme à la fois l’ensemble du site. Ainsi, du nord au sud, un axe de fonctionnement structurant permettait d’accéder d’une manière claire et simple, lisible, à toutes les entités actives du lycée. Des lanières transversales paysagées ponctuaient ce grand paysage : accueillant les circulations, elles irriguaient l’établissement, envisagé désormais comme un tout et non plus comme une succession de volumes fermés sur eux-mêmes. Afin de clarifier le fonctionnement du lycée, mais aussi d’introduire la mixité souhaitée entre la filière générale et la filière professionnelle, nous avions procédé à une répartition par strates des différents programmes dans l’ensemble des plots. Le même principe de composition avait également présidé à la réflexion que nous avions menée sur les circulations. En l’état d’origine, chaque plot accueillait en son sein deux escaliers encloisonnés, privés de lumière naturelle. Nous proposions de « faire sortir » ces escaliers, et de les installer à l’extérieur, sur les lanières transversales, en les complétant par des ascenseurs. Outre la fonction de contreventement ainsi obtenue, l’avantage était également la libération des noyaux centraux où prenaient désormais place des patios vitrés, sur lesquels donnaient les circulations, lumineuses et sécurisées, et complétées par une ventilation naturelle. Concernant l’isolation par l’extérieur des différents volumes, nous proposions, plutôt que de les « emballer » et de faire disparaître toute trace de l’architecture moderne initiale, de « plugger » sur les façades préfabriquées existantes une nouvelle modénature qui, basée sur le motif du carré, et dérivée de celle choisie à l’origine, serait constituée de modules conçus tels le négatif du dessin originel. Ornés de sérigraphies au niveau du nu extérieur, ces modules comporteraient ailleurs des doubles vitrages réfléchissants, cette alternance contribuant à animer les façades, mais encore bien sûr à adapter le facteur solaire de la baie à l’orientation. Ce principe structurel aurait permis de conserver la mémoire du lycée, qu’il nous semblait dommage de gommer entièrement. L’extension était précédée d’un généreux parvis donnant sur la rue Bergonié. La salle de spectacles et de conférences bénéficiait d’une entrée autonome. Elle était dotée de toutes les prestations acoustiques requises pour ce type d’équipement. L’extension était habillée de céramiques en parement extérieur ayant fonction de doublage isolant, avec une reprise du motif du carré, parfois évidé, à l’image d’un moucharabieh. Une grande résille venait en partie avant dessiner une façade à la fois forte, poreuse et accueillante. La personnalité du nouveau bâtiment, si elle était très affirmée, savait en effet s’adoucir par diverses stratégies formelles et fonctionnelles, telle la présence des pilotis, qui cadraient des vues sur le paysage.
programme
restructuration et extension du lycée Darius Milhaud
maîtrise d'oeuvre
atelier King Kong, Khephren Ingénierie, Alto Ingénierie, VPEAS
maîtrise d'ouvrage : Région Île de France
situation : Le Kremlin-Bicêtre (94)
surface : 15 500 m²
coût ttc : 25 100 000 €
calendrier : concours 2013
images/photos : 2:pm / Freddy Charrier
inscrivez-vous à notre newsletter