Charleville-Mézières > la Macérienne

Charleville-Mézières > la Macérienne

Le projet de création d’une SMAC sur le territoire des Ardennes est né d’un double constat : d’un côté la nécessité de compléter l’offre d’équipements culturels du territoire et de l’autre la présence d’un tissu local d’acteurs mobilisé et dynamique autour des musiques actuelles. La nouvelle SMAC devait prendre place sur la friche de la Macérienne, localisée en bordure de la Meuse et à la limite des tissus urbains du faubourg Saint-Julien et de la Citadelle. Là se dressent les vestiges de l’usine Clément-Bayard, du nom de son fondateur, pionnier en France dans le secteur de l’automobile. Ces bâtiments sont classés Monuments historiques. La mission de maîtrise d’œuvre porte sur la réhabilitation et la construction des bâtiments dédiés à la SMAC au sein de la friche de la Macérienne et sur l’aménagement des espaces extérieurs liés à l’équipement. Une étude affinée du patrimoine existant, ainsi que du programme, nous a conduits à adopter une série de partis qui, tout en respectant l’intégrité de l’héritage architectural, veille à composer avec lui en douceur pour aboutir à un ensemble fusionnel qui, loin d’occulter le passé, l’amène à dialoguer avec notre époque et ses besoins spécifiques. Le bâti existant est conservé en totalité dans sa structure, murs, planchers et couvertures, avec remplacement du ciment en toiture par des ardoises pour le bâtiment 1 en pignon sur rue. Nous proposons de remplacer les verrières existantes par un ensemble correspondant exactement au graphisme actuel et constitué de vitrages conformes aux performances thermiques et acoustiques exigées par la RT2012. Le bâtiment 3, conservé, est exhaussé, avec en R+1 une façade réinterprétant celle dans la continuité de laquelle elle s’inscrit, via un jeu sur les briques et la reprise de la même forme et du même gabarit pour les fenêtres. L’intervention contemporaine ne vise à aucun moment le pastiche, et se donne à lire avec évidence mais aussi révérence pour l’ancien bâtiment. Le grand volume de la salle de spectacles, implanté à l’ouest, est connecté au rez-de-chaussée au Club via un confortable foyer, espace tampon depuis lequel les spectateurs accèdent également à un jardin. Ce polyèdre créé ex nihilo, par un léger mouvement de torsion, fusionne avec l’ancien bâtiment sur lequel il se greffe en R+1 et au-dessus duquel il repose en R+2. La peau de la salle de spectacles, dont l’ossature est mixte, est parée de motifs évoquant le passé industriel de l’ancienne usine. Une série de caissons métalliques texturés de forme carrée mais de taille variable, et offrant différentes profondeurs, sont disposés aléatoirement sur les parois, certains de ces caissons, posés à l’envers et perforés, servant aussi d’enseignes lumineuses. Les façades s’apparentent ainsi à ce qui se fabriquait dans ce lieu et en a fait la grandeur. Au nord, une large ouverture avec loggia donne aux utilisateurs présents en R+2 une vue superbe sur le panorama alentour.
programme
aménagement d'une salle de musiques actuelles sur le site de la Macérienne - 600 p.
maîtrise d'oeuvre
atelier King Kong, Alain Vernet, SNC-Lavalin, Ducks Scéno, Gamba Acoustique
maîtrise d'ouvrage : Communauté d'agglomération de Charleville-Mézières
situation : Charleville-Mézières (08)
surface : 3 100 m²
coût ttc : 6 330 000 €
calendrier : projet lauréat 2013, déclaré sans suite
images/photos : 2:pm
inscrivez-vous à notre newsletter